Conseil Municipal Colmar du 30.01.17 – intervention de Victorine Valentin relative au Budget Primitif 2017

0 commentaire Le par

Rapport n°5 : Budget Primitif 2017

WS6A0985Monsieur le Maire,

Monsieur le Maire, Monsieur l’Adjoint aux Finances,

Bien sûr, un budget présente des projets d’investissements ; c’est le premier point que vous abordez dans sa présentation, et celui dont vous êtes le plus fiers. Mais un budget c’est aussi, à travers les moyens de fonctionnement alloués ou non, la traduction du choix des services que nous voulons offrir à nos concitoyens.

Alors, qu’en est-il réellement des services offerts aux colmariens ? Pour nous, ils sont très largement insuffisants au regard de la taille et de l’importance que notre ville veut avoir.

Quelques exemples :

L’insuffisance de transports en commun oblige les colmariens à posséder un véhicule pour aller travailler. Par exemple, lorsqu’on habite dans le quartier Ouest et qu’on travaille en zone industrielle à Colmar ou en zone commerciale à Houssen, il est impossible de prendre le bus aux heures de prise de poste ou si on le quitte après 19h00.

Alors qu’en moyenne les médiathèques ont un horaire d’ouverture de 40 heures, le PMC Edmond Gerrer n’ouvre que 35 heures et ne s’adapte ni aux horaires des gens qui travaillent, ni même à celui des étudiants qui pourraient s’y rendre entre midi et 14heures.

La Piscine Aqualia est fermée tous les lundis depuis le 7 novembre « Par souci d’optimisation du service public et pour des raisons d’ordre technique et fonctionnel, la Ville de Colmar informe les usagers que la piscine Aqualia sera fermée tous les lundis, à partir du 7 novembre 2016. » Cette situation est tout à fait inédite… : il n’y a aucune piscine de la CUS ni même des villages environnants pour laquelle ce soit le cas !

Les faits sont têtus et viennent donc démontrer que c’est bien par la restriction des services rendus à la population que vous réduisez le budget de fonctionnement.

Vous indiquez offrir des animations d’été abordables pour le plus grand nombre. Nous attendons toujours que vous nous communiquiez le nombre d’enfants des quartiers Ouest inscrits à ces animations.
En tout cas, nous considérons comme abusif de parler de « bon fonctionnement, et même de développement des services publics municipaux » quand vous augmentez le tarif d’un après-midi en centre aéré de 2.10 € à 7.00 € et que nombre de familles ne peuvent plus y inscrire leurs enfants. Cette hausse de 333 % n’est en aucun cas compensée par les bons CAF et vous le savez très bien. Les coefficients ont été revus et, même avec un bon CAF de 4.00 € (maximum), il reste à la charge des parents, parmi les plus modestes encore une fois, au minimum 3 € par enfant soit toujours 43 % de plus qu’avant votre augmentation. Aujourd’hui, nombre d’entre-eux ont renoncé à inscrire leurs enfants et il vous sera ensuite facile de prétexter la baisse de fréquentation pour davantage « rationnaliser » selon vos termes. Je traduirai par « supprimer » des services, au détriment de la proximité, de l’efficacité et de l’humain. C’est d’autant plus regrettable que ce sont des enfants qui sont sacrifiés sur votre autel budgétaire.

(Page 6) Vous mettez en avant des économies faite grâce à l’absence de « cabinet » du maire… mais vos collaborateurs sont bien présents, même si c’est sous un autre nom et sur une autre ligne budgétaire ? Vous ne travaillez pas tout seul, rassurez-nous ?

Vous mettez en avant l’ « efficacité relationnelle (particulièrement) du maire qui se veut être un VRP permanent de Colmar ». Or, il est des subventions qui vont finir par coûter cher aux colmariens. Je pense au Supermarché Match et à son parking. Que d’opacité dans cette affaire. Que de manœuvres et que de dépenses pour obtenir 4 millions d’euros de l’ANRU. Vous avez parlé d’opération blanche et c’est presque le cas : 4 M€ pour l’acquisition – 4 M€ pour les subventions = match nul, c’est le cas de le dire ! Car qu’en est-il de l’utilité publique ? Qu’en est-il de la préoccupation de donner vie à l’ensemble du quartier en y maintenant un commerce de proximité, dont vous aviez annoncé l’ouverture pour fin 2016 ? A ce jour, c’est plutôt l’inverse qui est en train de se produire : les copropriétaires des commerces installés dans la galerie marchande se verront peut-être exproprier pour que vous puissiez faire un aménagement urbain qui ne générera aucune revitalisation du quartier.

Je n’en suis toujours qu’à l’introduction et je dois encore relever votre affirmation qui veut que vous procédiez à « une juste solidarité, à travers des mesures favorables aux plus modestes »… Monsieur le Maire, lorsque vous réduisez l’abattement de la taxe d’habitation (p. 5 : de 18 à 15 % « correspondant pour 84 % des foyers colmariens à une augmentation comprise entre 11 et 15 euros ») ; c’est bien dans la poche de 84 % des foyers colmariens que vous prenez les 330 000 € que vous rapporte cette mesure.
L’étude de faisabilité d’une pépinière d’entreprises dans le quartier Luxembourg est chiffrée à 48 000 € sur un coût total de 108 000 € ! Quel sera le périmètre de cette étude ? S’agit-il d’une assistance à maîtrise d’ouvrage ? Quelle est la part que prendra dans cette étude le service de la ville de Colmar, pour lequel vous avez fait voter en mai 2016 afin d’assurer « le portage des projets de construction pour la maîtrise d’œuvre » ? N’est-ce pas à lui de fournir l’étude ? Sinon, passerez-vous par un appel d’offre ? Comment justifiez-vous une telle provision alors que, par exemple, une étude de faisabilité d’une pépinière d’entreprises n’a coûté que 15 000 € à la commune de Bourg en Bresse (préfecture de l’Ain) ? Merci de nous éclairer.

Enfin et surtout, les travaux que vous menez dans le quartier Ouest avec la nécessaire démolition des barres et un projet de reconstruction « du beau » ne doit pas nous faire oublier les populations qui vivent aujourd’hui dans ces poches de pauvreté et que l’on oblige parfois sans aucun ménagement ni effort de transparence à s’adapter ou à partir ; plutôt à partir d’ailleurs… Le mode de calcul des zones bénéficiaires pourrait aboutir à rayer ces secteurs de la carte de ce qu’on appelle « la politique de la ville » qui vous oblige à mettre en œuvre des actions et des projets pour lesquels la ville consacre, bon an, mal an, environ 250 000 € à chaque budget. Nous vous demandons d’ores et déjà de ne pas oublier que, même logés ailleurs que dans les quartiers dits « sensibles », ces colmariens resteront pauvres et que les actions des associations qui oeuvrent pour leur emploi mais aussi pour leur accès à la langue française, à la culture et à l’intégration auront toujours autant de travail et peut-être même plus du fait de leurs dispersion sur le territoire… sans avoir les subventions indispensables du fait de leur sortie des QPV (Quartiers Prioritaires de la Ville).

Pour finir : les caméras ! 151 000 € pour moderniser le parc existant et pour acheter 6 caméras mobiles. Nous en sommes déjà aujourd’hui, si je ne m’abuse, à 87 caméras sur toute la ville. Demain, on aura 6 caméras mobiles qui généreront forcément un travail supplémentaire ; mais vous n’avez pas renforcé les équipes qui sont chargées de les regarder, de relever les infractions, éventuellement de demander une intervention de la police en cas de flagrance. Il y a là encore un hiatus regrettable et, sans vouloir m’étendre davantage, j’en arrive à la conclusion qui s’impose :

Votre maîtrise des dépenses de fonctionnement coût cher aux colmariens, notamment aux plus modestes qui doivent sans cesse mettre la main à la poche pour pouvoir accéder à des services qui, ailleurs, sont plus étendus, moins chers, et donc leur sont plus accessibles. Décidément, les plus modestes des colmariens n’ont rien à craindre pour leurs fonds de poche… Ce n’est pas l’argent que vous leur consacrez qui va les trouer !

Je vous remercie pour votre attention.

Soyez le premier à commenter cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même thème, lire aussi :

Intervention de Victorine Valentin sur le point n°11 du Conseil Municipal du 16/10/2017 portant sur la PARTICIPATION DE LA VILLE DE COLMAR AUX FRAIS DE FONCTIONNEMENT : Le rapporteur du
Le par
Rapport n°6 : Approbation du Plan Local d'Urbanisme Monsieur le Maire, chers collègues, Il est vrai que je n’ai retrouvé l’implantation d’une prison
Le par

Les derniers contenus multimédias