Conseil Municipal Colmar du 21.03.16 – intervention de Victorine Valentin relative aux sites de mémoire

0 commentaire Le par

Rapport n°16 : SUBVENTION A DES SITES DE MEMOIRE

WS6A0985Monsieur le Maire, cher-e-s collègues,

Vous nous proposez d’attribuer deux subventions à des « sites de mémoire », c’est-à-dire deux projets qui contribuent à la valorisation du patrimoine militaire de notre pays. Or, nous aimerions un vote séparé sur les deux projets soumis à notre approbation.

En effet, le projet « Verdun 1916 : forêt d’exception… » donne lieu à une souscription nationale à laquelle vous souhaitez participer pour un montant de 2 000 €. Or, Verdun se trouve à 248 km de Colmar et les événements qui s’y sont déroulés sont proches de nous géographiquement et donc le site facilement accessible à tous les colmariens.

Même si nous considérons que le tourisme de mémoire est de la compétence des comités régionaux du tourisme, des conseils départementaux et régionaux auxquels nous contribuons déjà financièrement par nos impôts citoyens et certaines contributions communales, nous pouvons comprendre que les colmariens puissent se sentir concernés et fiers de retrouver le nom de leur ville porté sur le mémorial où viendront s’inscrire les noms des communes donatrices.

Toutefois, nous sommes, à plus d’un titre, beaucoup plus dubitatifs quant à la contribution de 2000 € que vous proposez de verser pour l’aménagement d’une promenade de la paix à Sword Beach qui se trouve à Ouistreham Riva-Bella.

Nous comprenons l’appel aux dons de la part de villes sinistrées suite à des événements malheureux comme des catastrophes naturelles, et nous avons toujours volontiers voté les aides proposées par la ville.

En revanche, nous sommes étonnés que vous, qui nous vantez à longueur d’année la bonne gestion colmarienne, soyez enclin à contribuer à cet investissement de 800 000 € pour la commune de Ouistreham alors qu’elle est en déficit structurel (c’est-à-dire que ses dépenses sont supérieures à ses revenus). Pour mémoire et pour les colmariens qui nous écoutent, je rappelle que la capacité de désendettement d’une ville évalue le rapport entre l’encours de sa dette et son épargne. Ce ratio permet de calculer le nombre d’années qu’il faut à la commune pour rembourser la totalité de sa dette si elle y consacrait tous les ans l’intégralité de son épargne. Eh bien en 2014 il fallait à Ouistreham 89 ans pour se désendetter (puisqu’elle a une épargne de 140 000 € / an et une dette de 12 642 000 €).

Cette petite ville de moins de 10 000 habitants (9 599 habitants) a dû payer en 2014 1 192 000 € rien que pour rembourser sa dette annuelle, et la charge d’intérêt par habitant reste très supérieure à la moyenne de sa strate de référence, et même qu’à celle des villes de 20 à 50 000 habitants (+ de 51.26 % de plus que les communes similaires). Parallèlement à cela, la taxe d’habitation y est de 5.42 % alors qu’elle est de 14.48 % pour les villes de la même strate. Nous ne concevons donc pas de prendre sur les recettes de la ville de Colmar, recettes qui émanent en partie des taxes d’habitation prélevées auprès des familles colmariennes – ne serait-ce que 2 000 € – pour alimenter les projets pharaoniques d’une commune qui ne sait pas maîtriser ses dépenses, auxquelles se rajouteront d’ailleurs les futurs frais d’entretien de la promenade puisqu’elle est prévue en bois.

Rappelons que Ouistreham est la principale station balnéaire de la Côte de Nacre car elle jouit d’une position géographique particulièrement avantageuse ;
– Que 2 km de plage de sable fin ont permis d’accueillir sur site le dispositif de la cérémonie internationale du 70e Anniversaire du Débarquement sur une surface équivalent à 15 terrains de foot ;
– Qu’elle est considérée comme une station nautique 3 étoiles et qu’elle possède: Quatre ports – un terminal ferry ; Un centre de thalassothérapie ; Un casino… et j’en passe

Comme on peut le constater, elle n’est pas vraiment en zone difficile. Je signale par ailleurs que des villes proches de Ouistreham (comme Thaon, à 20 minutes et à 17.8 km en voiture) ont refusé de participer à ce projet. Comment pourrions-nous justifier que des colmariens, à plus de 800 km, soient intéressés parce que le nom de leur ville figurerait sur un « mur de la paix » le long de cette promenade en bois ?

En conclusion, nous voterons, à titre exceptionnel, la souscription au projet « Verdun 2016 ». Je dis « à titre exceptionnel » car nous pensons qu’il faudrait à l’avenir s’en tenir à des interventions sur les affaires qui concernent directement notre collectivité ou qui représentent un véritable intérêt public local.

Et pour toutes les raisons préalablement évoquées, nous voterons contre la subvention au projet d’aménagement de la promenade de la paix sur Sword Beach.

Je vous remercie pour votre attention.

Soyez le premier à commenter cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même thème, lire aussi :

Intervention de Victorine Valentin sur le point n°11 du Conseil Municipal du 16/10/2017 portant sur la PARTICIPATION DE LA VILLE DE COLMAR AUX FRAIS DE FONCTIONNEMENT : Le rapporteur du
Le par
Rapport n°6 : Approbation du Plan Local d'Urbanisme Monsieur le Maire, chers collègues, Il est vrai que je n’ai retrouvé l’implantation d’une prison
Le par

Les derniers contenus multimédias