EGPS : contribution Démocratie et Représentation

0 commentaire Le par

Dans le cadre des États Généraux du Parti Socialiste, militants et sympathisants ont la possibilité de déposer des contributions (de 2700 signes maximum) dans l’objectif de reformuler l’identité du Parti socialiste face aux grands bouleversements qui traversent le monde et la société. Vous trouverez ci-dessous la contribution de Julien Ernst sur la thématique Démocratie et Représentation :

« Années après années, scrutins après scrutins, la démocratie recule en France. A un taux de participation des citoyens de plus en plus faible chaque année, s’ajoute un phénomène de radicalisation de l’électorat aujourd’hui symbolisé par le vote Front National. Loin d’être un vote d’adhésion pour une grande partie de ses électeurs, le vote Front National est un vote d’incompréhension de la « chose publique », renforcé par le sentiment d’injustice et d’impunité face aux scandales qui frappent une infime minorité d’élus.

Plusieurs chantiers d’importance doivent donc s’ouvrir au sein du Parti Socialiste pour combattre ce phénomène :

– Le premier est celui de l’éducation populaire centré autour de l’éducation civique et du fonctionnement des institutions. Là où l’école républicaine donnait un premier aperçu de ce qu’est la démocratie, éléments complétés par les discussions politiques qui émaillaient les repas de famille, l’enseignement de l’éducation civique par la théorie et l’exemple est tombé en désuétude. Si notre parti doit pousser à un enseignement rénové de l’éducation civique dès l’école primaire, le PS doit surtout réinvestir le terrain de l’éducation populaire et de l’information citoyenne. Ce travail passera par l’action des militants qui devront informer par les moyens classiques (conférences, porte à porte, actions ) et électroniques, mais également par un travail approfondi de vulgarisation, de mise à disposition de l’information et de mise en situation ciblée d’exercice de la démocratie (création d’un adjoint au débat public, information régulière et politiquement neutre sur les décisions prises par la collectivité, création obligatoire de conseils de quartier dotés d’un budget dans les communes de 10 000 habitants). A terme, la politique doit cesser d’apparaître comme une chasse réservée à quelques privilégiés et doit permettre à tous les citoyens d’appréhender la « chose publique » pour pouvoir choisir et non subir la démocratie.

– Le second concerne le statut de l’élu qu’il devient urgent de mettre en œuvre. La politique ne doit pas devenir une carrière mais participer à un engagement limité dans le temps : pas plus de deux mandats au sein du groupe majoritaire d’une collectivité (participation à l’exécutif ou non). L’engagement politique demande également l’exemplarité : un élu qui a été condamné pour un délit commis durant l’exercice de son mandat impliquant l’utilisation des moyens financiers ou humains de la collectivité ne doit plus pouvoir se représenter. De la même manière, les délits commis dans ce cadre doivent devenir imprescriptibles pour ne pas laisser se développer le sentiment d’impunité que peuvent ressentir nos concitoyens. »

Soyez le premier à commenter cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même thème, lire aussi :

Chers militants et sympathisants, Les membres de Un Nouvel Elan pour Colmar (liste aux Municipales de 2014) ont le plaisir de vous convier à un Apéritif Républicain qui se tiendra le
Le par
Les militants de la section colmarienne du Parti Socialiste se sont prononcés jeudi soir sur la feuille de route qui doit nous mener vers la Refondation de notre parti. Cliquez
Le par

Les derniers contenus multimédias