Réactions aux élections européennes (2)

0 commentaire Le par

Article de l’Alsace du 27 mai 2014 (Marie-Lise Perrin)

Européennes Le FN gagne à Colmar, mais qui prendra la sanction ?

Ville sans liste FN aux dernières municipales, Colmar n’a pourtant pas échappé à la vague bleu Marine, dimanche soir.

Le FN est arrivé largement en tête (24,55 % contre 7,53 % en 2009) des élections européennes à Colmar, devant l’UMP (22,68 % contre 30,20 % en 2009), le PS arrivant en 3e position avec 12,09 % (14,52 % en 2009). La liste centriste de Nathalie Griesbeck arrive 4e avec 11,43 % (9,67 % en 2009), devant l’écologiste Sandrine Bélier (9,52 % contre 17,81 % en 2009). Sur les 18 autres listes présentes, seuls le Front de Gauche (3,01 %) et Debout la France (3,46 %) ont passé la barre des 3 % (lire les détails des résultats ci-dessous).

« La cocotte-minute bout depuis trop longtemps »

« Seule bonne nouvelle » selon Gilbert Meyer, l’abstention (62,22 %) est moins forte qu’en 2009 (64,39 %). « Mais ceux qui sont allés voter ont plutôt tapé du poing sur la table », estimait hier le maire de Colmar, pointant, pêle-mêle, le « désaveu du président de la République », la « sanction de la politique du gouvernement » et même « l’usine à gaz qu’est devenue l’UMP ». Bref, les Français (ceux qui ont voté pour le FN tout comme ceux qui se sont abstenus) n’ont plus confiance en leurs politiques, et cela s’est vu. C’est aussi l’avis de Frédéric Hilbert, « préoccupé par le score du FN » et par le « gouffre qui se crée entre les politiques et les citoyens ». L’écologiste conseille à « tous ceux qui font de la politique de se remettre en question ».

« La cocotte-minute bout depuis trop longtemps, et malheureusement ce n’est pas terminé », ajoute Julien Ernst pour le parti socialiste. Pourtant, derrière ce score frontiste se cachent des résultats colmariens « dans la moyenne positive » pour les écologistes, tempère Frédéric Hilbert.

« On est autour de 10 %. On a fait mieux il y a cinq ans, mais c’était exceptionnel. Là, les chiffres représentent notre niveau dans la société. » Même analyse du côté de Julien Ernst : « Avec 20 % environ pour la gauche gouvernementale et 5 % pour l’extrême gauche, il n’y a pas vraiment de changement dans notre électorat. »

« Entendre le message de ceux qui votent FN »

Ce qui est, en revanche, « incongru » pour le secrétaire de la section colmarienne du PS, c’est bel et bien ce score frontiste « dans une ville où le FN n’a aucun représentant local ». Le soutien du FN Patrick Binder à la candidature Meyer aux dernières élections municipales, lui reste en travers de la gorge.

Gilbert Meyer s’estime au contraire confirmé dans la validité de sa stratégie « transversale » vis-à-vis de l’appareil UMP. Le maire de Colmar conseille à ses camarades politiques « d’entendre le message de ceux qui votent FN. Si je ne le faisais pas au plan local, les résultats des élections municipales ne seraient certainement pas les mêmes ». Au plan local, Gilbert Meyer dénonce le « message brouillé » envoyé par « ceux qui à l’UMP savonnent la planche aux légitimes », faisant allusion au secrétaire local Pierre Ouadi.

Des bisbilles entre UMP qui font soupirer Julien Ernst : « Tous les partis républicains sont perdants et, ce qui les intéresse, c’est le prochain congrès de l’UMP ».

Soyez le premier à commenter cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même thème, lire aussi :

Le parti socialiste colmarien souhaite réagir aux différents articles de presse rédigés à l’issue du premier tour de scrutin des élections législatives concernant la 1ère circonscription du Haut-Rhin. Nous rappelons que
Le par
La caravane du "Hamon Tour" fera étape à Colmar (place de la gare) le mardi 11 avril 2017, le matin. Son but est d'être un lieu d'échange sur le projet du
Le par

Les derniers contenus multimédias