Une gauche « réaliste »

0 commentaire Le par

Article des DNA du 13.09.13 (Franck Buchy)

Élections municipales L’association Un élan pour Colmar prépare une liste

1234385_217003281798704_15744880_nLancée par des militants du PS, de la société civile et de CLEFS, l’association Un élan pour Colmar prépare une liste pour les élections municipales de mars prochain. Objectif : dépasser les clivages partisans, renforcer la démocratie participative, améliorer les services rendus à la population.

De gauche et réaliste. Non partisane et pragmatique. C’est ainsi que se dessine très nettement la liste que la toute jeune association Un élan pour Colmar entend présenter aux prochaines municipales.

L’association a été lancée cet été « pour créer une synergie » après des consultations infructueuses avec les Verts, le PCF et le Front de gauche. Ses membres fondateurs du bureau sont issus du PS (Victorine Valentin, Julien Ernst, Marie-Christine Gindensperger), de l’association CLEFS (Jean-Yves Barthe) et de la société civile (Joseph Noll).

«Dépenser mieux tout en respectant l’équilibre budgétaire et la justice fiscale»

« Notre association n’est pas close ; tant que nous sommes sur les mêmes valeurs et un programme de gauche, il n’y a aucune exclusive », note le président Jean-Yves Barthe, soucieux de « se défaire» de la lourdeur des appareils. « Nous accueillons des personnes, pas des partis politiques. Nous ne tendrons pas la main pour avoir des étiquettes en bas de notre affiche. Nous voulons travailler à l’intérêt commun en oubliant nos ambitions personnelles », insiste la conseillère régionale et municipale Victorine Valentin.
« En rupture avec le système Meyer »

L’association ne se substitue pas à la démarche des partis. C’est ainsi que le PS poursuivra sa procédure interne de désignation du 1er des socialistes, celui qui sera amené à préparer l’engagement du parti. Victorine Valentin est pour l’instant la seule candidate à un scrutin qui se déroulera dans la section de Colmar le 10 octobre. Un élan pour Colmar décidera ensuite de la composition de sa propre liste qui doit proposer « une offre de gauche à Colmar et à un duel entre UMP », explique Jean-Yves Barthe.

« L’alternance à la vie politique municipale » passe pour l’instant à la préparation du programme. Six commissions travaillent actuellement aux propositions qui tourneront autour de quatre axes : « faire vivre la démocratie participative ; réussir la transition énergétique ; dépenser mieux tout en respectant l’équilibre budgétaire et la justice fiscale ; favoriser l’emploi, surtout celui des jeunes ».

Un élan pour Colmar veut s’inscrire « en rupture avec le système Meyer », notamment en matière de consultation de la population et de gouvernance. « Chaque citoyen peut être un expert », note Julien Ernst. « Colmar doit jouer son rôle de locomotive au sein de la CAC qui doit être une communauté au service de tous. La rupture avec le Ried Brun est catastrophique. Si Colmar veut avoir une place forte, il faudra qu’elle soit capable de resserrer les liens », estime Marie-Christine Gindensperger, conseillère municipale et déléguée à l’agglomération.

Un élan pour Colmar pointe par ailleurs le tour de vis donné au budget de fonctionnement par le maire. « Gilbert Meyer n’est pas un si bon gestionnaire au regard de la qualité des services rendus à la population », glisse Victorine Valentin en assumant un réalisme et un pragmatisme de gauche. « Nous n’allons pas faire exploser les finances », prévient-elle.

« Les géraniums ne cachent pas la misère »

« Les géraniums ne cachent pas la misère », disent-ils en évoquant la situation de l’emploi. Dans ce domaine, ils plaident pour la création d’une Maison de l’emploi, de pépinières d’entreprises, d’une École de la 2e chance et pour une « meilleure concertation » avec les organismes consulaires.

« Notre objectif est que les Colmariens soient plus heureux, joyeux, dynamiques et vivants après le mandat que les électeurs nous aurons confié. Il faut sortir des mêmes paradigmes : une de nos forces, c’est notre imagination », conclut Victorine Valentin. « Il y a une droite forte, très forte à Colmar, à nous de montrer que la gauche et la société civile peuvent marquer la différence, surtout dans la qualité des services », complète Marie-Christine Gindensperger.

Renseignements : un.nouvel.elan.pour.colmar@gmail.com ou au ? 09 50 28 42 80.
https://www.facebook.com/UnNouvelElanPourColmar?fref=ts

L’association CLEFS (Colmar, liberté d’entreprendre, forces de la solidarité) avait obtenu 6,08 % au 1er tour des élections de mars 2008, contre 6,69 % pour les Verts et 8,73 % pour le PS. Les socialistes, les écologistes et CLEFS avaient fait liste commune aux élections partielles de novembre 2008 où elle avait récolté 14.44 %.

Soyez le premier à commenter cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même thème, lire aussi :

Le parti socialiste colmarien souhaite réagir aux différents articles de presse rédigés à l’issue du premier tour de scrutin des élections législatives concernant la 1ère circonscription du Haut-Rhin. Nous rappelons que
Le par
La caravane du "Hamon Tour" fera étape à Colmar (place de la gare) le mardi 11 avril 2017, le matin. Son but est d'être un lieu d'échange sur le projet du
Le par

Les derniers contenus multimédias