Conseil Municipal du 17 décembre 2012 (1)

0 commentaire Le par

Article des DNA du 18.12.12 (Franck Buchy)

A l’épreuve de la contradiction

La volonté de Gilbert Meyer d’instaurer un dialogue entre son conseil municipal et le Conseil économique, social et environnemental local (CESEC) était louable. Mais la rencontre d’hier soir a surtout révélé le fossé existant entre les élus et la société civile, et la difficulté à s’entendre.

C’était une volonté du maire. Offrir une heure de débat entre le conseil municipal et le CESEC après présentation, par les responsables des cinq commissions, des travaux et des préconisations. Il s’agissait pour Gilbert Meyer de démontrer l’indépendance du conseil consultatif et l’écoute de la municipalité qui a concrétisé quelques-unes des idées du CESEC, dont le label culturel et l’aménagement de la place du 2-Février. « Le CESEC sait prendre de la hauteur et être dans une bulle, loin du tumulte de la ville », a déclaré en préambule Cédric Clor, le vice-président.

La frugalité et la verticalité, les deux mamelles de Colmar ?

Force est de constater que cette indépendance a secoué certains élus tout en en rassurant d’autres. En invitant la Ville à prendre « le pari d’un quartier expérimental sur la verticalité » et à se saisir du « principe de frugalité » en matière foncière, Georges Tischmacher, le rapporteur de la commission sur l’urbanisation, a davantage frappé les esprits que ses collègues investis dans le numérique, l’intégration sociale ou la culture.

Aux félicitations des élus se sont succédé des réactions tantôt constructives, tantôt plus abruptes. Comme Jean-Paul Bechler et Gérard Renis qui reprochent au CESEC d’avoir fait l’impasse sur le commerce du centre-ville ; ou l’adjointe Marianna Chelkova qui pointe les difficultés des maisons d’artistes ou des spectacles de rue. Mathieu Jaeggy, l’adjoint aux finances, a répondu à l’interrogation de Victorine Valentin (PS) sur la démocratisation du numérique.

Propositions « décoiffantes »

L’intervention de Philippe Greiner a illustré l’éventail des sentiments qui ont traversé hier les élus à l’écoute des rapporteurs du CESEC. Il est resté sur sa faim concernant l’insertion sociale, a jubilé devant les propositions « décoiffantes » de la commission culture et a proposé, à la commission numérique, de centrer les efforts sur la formation et l’accès au plus grand nombre plutôt que de vouloir être leader.

« Le large tour de table » des élus est « passé à côté de l’essentiel », a lâché Gilbert Meyer, regrettant que les élus aient répondu, à travers leurs interventions respectives, à la place des membres du CESEC. « Le débat est faussé », s’est agacé le maire. « Beaucoup de remarques, peu de questions », a répondu Cédric Clor avant de donner la parole au CESEC.

Soyez le premier à commenter cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même thème, lire aussi :

Intervention de Victorine Valentin sur le point n°11 du Conseil Municipal du 16/10/2017 portant sur la PARTICIPATION DE LA VILLE DE COLMAR AUX FRAIS DE FONCTIONNEMENT : Le rapporteur du
Le par
Rapport n°6 : Approbation du Plan Local d'Urbanisme Monsieur le Maire, chers collègues, Il est vrai que je n’ai retrouvé l’implantation d’une prison
Le par

Les derniers contenus multimédias