Conseil Régional : intervention de Victorine Valentin sur la formation continue

0 commentaire Le par

Conseil Régional d’Alsace, Budget Primitif 2011, intervention du 16 décembre

Monsieur le Président, Chers Collègues,

Le budget de la formation professionnelle continue accuse une baisse sévère de plus de 6 millions d’€uros et, avec une évolution en baisse de 9.7 %, la plus forte baisse des budgets 2011 de notre collectivité.

Est-il besoin de rappeler que la formation professionnelle constitue l’un des principaux leviers de la politique de développement économique des territoires ? Pour qu’elle puisse remplir ce rôle, la formation professionnelle a besoin d’un déploiement équilibré sur tout le territoire et de moyens financiers et humains qui ne peuvent être revus à la baisse alors que la situation sociale reste marquée par un taux de chômage important (au 3ème trimestre de cette année, le taux de chômage était de 8,5 % pour l’Alsace soit plus de 110 000 Alsaciens catégorie A, B, et C et parmi eux, une part toujours très importante de salariés de niveau V et infra V).

Ce déploiement équilibré des moyens financiers et humains sur le territoire, et la mise en œuvre du service public de l’orientation créé par la loi du 24 novembre 2009 relative à « l’orientation et à la formation professionnelle tout au long de la vie » constituent des incontournables et exigent selon nous

– que l’on mette en place des structures par bassin d’emploi afin que toute personne souhaitant être conseillée et accompagnée puisse l’être dans un lieu central et de proximité ;

– que l’on crée une plate-forme régionale dématérialisée permettant un accès permanent à un premier niveau d’information et de conseil personnalisé, en tout point du territoire ;

– que les acteurs de l’orientation soient suffisamment nombreux et formés pour pouvoir évaluer les besoins et organiser les formations adéquates, et ce par bassin d’emploi.

D’autres actions pourraient être menées en faveur de l’emploi et de la sécurisation des parcours comme
– l’organisation de la formation des responsables d’associations pour la mutualisation des emplois associatifs afin d’en faire de vrais emplois à temps pleins car elles n’ont souvent la possibilité d’offrir que des emplois très partiels ;
– la mise en œuvre d’un dispositif de solidarité intergénérationnelle : mesure qui lie la réduction d’activité d’un senior et l’embauche d’un jeune ;
– l’aide à la sécurisation des parcours d’intérim en proposant un parcours entre mission d’intérim et session de formation ou encore
– l’aide aux entreprises qui voient leur activité baisser pour former leurs salariés par des plans de formation validés par l’OPCA.

Par ailleurs, si le Grenelle veut avoir une réelle chance d’atteindre ses objectifs, il faudra préparer la création d’emplois dans les nouvelles activités mais également la destruction de ceux des filières polluantes… Ce sont là des mutations d’importance que la Région devrait anticiper car même si le potentiel de créations d’emploi est encore incertain, il faudra adapter la formation.

En conclusion, Monsieur le Président,
– Nous souhaitons sortir du binaire, entre catastrophisme et autosatisfaction ;
– Nous défendons l’idée que le futur ressemblera à ce que nous voulons qu’il soit, et que c’est par le volontarisme, et non par la résignation que nous y parviendrons ;
– Nous souhaitons faire un pari sur l’avenir en accordant un budget adapté à la formation professionnelle continue, qui permette de ne pas baisser les bras face à la crise, et qui assure à un maximum de salariés une véritable sécurisation des parcours professionnels ;
– Nous souhaitons que des financements nouveaux soient consacrés à la formation continue pour reconvertir les salariés et en former d’autres afin de saisir les opportunités (pour la compétitivité et pour l’emploi en France) liées aux emplois dits « Verts » par exemple.

Or, nous n’avons pas trouvé cette vision prospective dans le programme de la formation professionnelle continue.
Et surtout, avec une baisse de près de 10 %, votre budget ne peut pas garantir la mise en œuvre des services publics créés par la loi du 24 novembre 2009 relative à « l’orientation et à la formation professionnelle tout au long de la vie » et, a fortiori, il ne peut en aucun cas faire face aux mutations qui se profilent.

Par conséquent, Monsieur le Président, notre groupe Socialistes et Démocrates ne votera pas ce budget de la formation professionnelle continue.

Victorine VALENTIN

Soyez le premier à commenter cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même thème, lire aussi :

Dans le cadre de la campagne régionale, Henri STOLL, Victorine VALENTIN, Tiphaine BETTEMBOURG et Julien ERNST, colistiers du Grand Pays
Le par
Communiqué de presse - Jeudi 26 novembre 2015 Avec Jean-Pierre Masseret, Colmar sera le noeud ferroviaire du Centre Alsace ! Henri
Le par

Les derniers contenus multimédias