Rohr Environnement : le PS demande un moratoire à la SNCF

0 commentaire Le par

Le nouveau plan Fret de la SNCF intitulé « Schéma directeur pour un nouveau transport écologique de marchandises » n’a d’écologique que le titre. En effet l’entreprise publique doit se conformer à une feuille de route gouvernementale qui fixe un objectif de réduction des trafics, abandonne la desserte de plusieurs territoires, se sépare de moyens humains et matériels (locomotives, wagons, installations…).

Cette politique vise essentiellement à favoriser des autoroutes ferroviaires, la formation de trains entiers pour le compte de gros clients, et à abandonner le trafic de « wagons isolés », en fait les dessertes de proximité.

Cette stratégie industrielle ampute un peu plus encore les capacités du service public d’impulser une politique des transports respectueuse du développement durable.

L’entreprise ROHR, à Colmar, est directement touchée par cette nouvelle stratégie de la SNCF qui l’a informée, sans aucune visite de commercial ni négociation préalable, de la fin de son service au 1er janvier 2011.

ROHR a fait des investissements spécifiques pour le transport par rail qui ne sont pas entièrement amortis à ce jour. L’arrêt du fret rail signifie surtout que l’entreprise devra affréter environ 1 500 camions/an avec des conséquences lourdes en matière de nuisances et de pollution, l’obligation d’aménager une zone d’attente pour les poids lourds et des risques financiers pour l’entreprise liés à la fluctuation du prix des matières premières si elle se combine avec une pénurie de camions.

Nous savons que le transport par route ne se fait pas aujourd’hui au juste prix. D’ici 2020, les transports vont croître de 40% (selon les organisations syndicales l’abandon des trafics « wagon isolé » par la SNCF pourrait représenter 700 000 camions en plus sur les routes de France) et les ressources pétrolières s’amenuisent, le fret ferroviaire a donc toute sa place.

L’entreprise ROHR continuera à entretenir sa voie ferrée privée et son pont bascule spécifique et est prête à étudier toute formule, dispositif ou arrangement pour la continuation de son activité fret ferroviaire. De plus, dix à quinze autres entreprises possèdent des embranchements spécifiques de voie ferrée dans la région de Colmar sans toutefois utiliser ce réseau, existant et entretenu.

Pour toutes ces raisons,
Nous demandons un moratoire immédiat sur la partie « wagon isolé » du plan Fret SNCF,
Nous demandons qu’une étude soit diligentée (par la Chambre de Commerce ou par la SNCF) auprès de tous les utilisateurs potentiels de la voie ferrée à Colmar. Nous demandons que cette étude soit réalisée en toute transparence et approfondisse le bilan « carbone »,
Nous demandons ensuite l’examen d’organisations nouvelles de la production SNCF en proximité, spécialement adaptées et en coopération avec les éventuels nouveaux usagers de la zone autour de ROHR pour, ensemble, donner de la pertinence économique aux convois.

Et nous demandons, bien entendu la préservation des installations ferroviaires en situation de réutilisation, afin d’être capables de disposer d’alternative à la route en réponse aux changements de comportement demandés aux chargeurs.

POUR LE GROUPE PS / DEMOCRATES REGION ALSACE

Victorine VALENTIN
Conseillère municipale de Colmar
Conseillère régionale d’Alsace

Soyez le premier à commenter cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même thème, lire aussi :

Chers militants et sympathisants, Les membres de Un Nouvel Elan pour Colmar (liste aux Municipales de 2014) ont le plaisir de vous convier à un Apéritif Républicain qui se tiendra le
Le par
Intervention de Victorine Valentin sur le point n°11 du Conseil Municipal du 16/10/2017 portant sur la PARTICIPATION DE LA VILLE DE COLMAR AUX FRAIS DE FONCTIONNEMENT : Le rapporteur du
Le par

Les derniers contenus multimédias