Communiqué des élus socialistes colmariens

0 commentaire Le par

En réunion du conseil municipal du 14 septembre 2009, nous nous étions prononcés contre l’installation de caméras de vidéosurveillance à Colmar, en ce qu’elles étaient un « outil de contrôle social » et de plus, que les faits relevés par la vidéosurveillance à Colmar étaient dérisoires et que leur but essentiel était de rendre invisible ce qui dérange en centre-ville. « Des personnes qui traînent, une surprise en train de jeter des canettes dans l’eau, (…) des mendiants qui placent des voitures pour de l’argent » DNA 7/07/2009.

En réunion du Conseil Municipal du lundi 18 novembre 2010, au point 10 : « travaux de maintenance courante et de sécurité pour les établissements culturels – programme 2011 » figurait un budget de 8 000 € pour des caméras de surveillance à l’auberge de jeunesse Mittelharth. Nous avons questionné la majorité sur d’éventuels incidents qui auraient justifié une demande dans ce sens. Nous avons également demandé le nombre de caméras prévues et surtout de quelle manière les images enregistrées seraient stockées et visionnées. Bien sûr, Monsieur le Maire s’est récrié que seules des personnes autorisées (il a cité le commissaire de police ou le procureur de la république) pourraient avoir accès aux données vidéo.

Or, nous avons appris dès le lendemain que les policiers municipaux dénoncent des agissements tout à fait contraires à ces principes si vaillamment défendus par notre premier magistrat, et ce au sein même des services de la ville.

Nous rappelons que nous estimons que les caméras ne peuvent pas régler les incivilités et que rien ne vaut une présence humaine pour éduquer, dissuader, intervenir et protéger et nous regrettons par conséquent les coupes sombres qui sont effectuées dans les effectifs de l’éducation, de la police et de la justice.

Nous demandons un vrai bilan de l’évolution de la délinquance à Colmar, avec la distinction entre les lieux installés en caméras de vidéosurveillance et ceux qui ne le sont pas. Cette analyse devra être faite avant tout nouveau déploiement de caméras. En effet, si les systèmes de télésurveillance existants n’ont pas eu d’effet mesurable sur la criminalité et sur le sentiment de sécurité du public, les sommes qui y sont consacrées (lourdes pour les finances locales) pourront être considérées comme un gaspillage quasi intégral d’argent public.

Nous demandons que toute la lumière soit faite sur l’extraction d’images vidéo qui aurait été faite à Colmar. Nous demandons également que des mesures soient prises pour qu’à l’avenir les enregistrements demeurent inaccessibles à quiconque en dehors de procédures parfaitement légales et maîtrisées.

Pierre LECONTE : Conseiller Municipal de Colmar
Victorine VALENTIN : Conseillère Municipale de Colmar et Conseillère Régionale d’Alsace

Soyez le premier à commenter cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même thème, lire aussi :

Chers militants et sympathisants, Les membres de Un Nouvel Elan pour Colmar (liste aux Municipales de 2014) ont le plaisir de vous convier à un Apéritif Républicain qui se tiendra le
Le par
Les militants de la section colmarienne du Parti Socialiste se sont prononcés jeudi soir sur la feuille de route qui doit nous mener vers la Refondation de notre parti. Cliquez
Le par

Les derniers contenus multimédias